Réagir ▷ Définition, explication et délimitation de l'acte administratif | Assurance protection juridique

Le terme "action réelle" (également appelé action administrative simple ou action administrative réelle ou même connue) est une mesure superbe qui ne vise pas un succès légitime, mais un succès réel. À cet égard, l’action concrète est toujours un acte administratif au sens du § 35 de la VwVfG [Verwaltungsverfahrensgesetz] distinguer entre.

I. Raffinement: Vrai contre Vs administratif

C'est à côté critère de délimitation En fait, succès et succès juridique, critères supplémentaires permettant de distinguer une action réelle d’une action administrative:
Un acte administratif n’est commis que si les critères énoncés à l’article 35, paragraphe 1, du VwVfG sont remplis. En conséquence, un acte administratif est une mesure de l'autorité publique prise par une autorité pour régler un seul litige de droit public et qui vise l'effet juridique externe. Aucun fait ne peut être vérifié, c'est donc toujours un acte réel. Dans la pratique, un acte administratif échoue souvent en raison de l’élément fondamental de l’effet réglementaire.

la poêlon a donc un grande importance étant donné que seul l'acte administratif conforme à §§ 41, 43 VwVfG. En outre, une mesure contre un acte authentique ne requiert aucune opposition. À cet égard, il convient également de noter que, dans le cas d’une action réelle, d’autres formes d’action sont autorisées que dans l’acte administratif.

II. Des faits réels dans la pratique

En pratique, il s’agit d’une simple action administrative, notamment dans les cas suivants:

  • informations officielles et avertissements
  • mesures administratives informelles
  • rapports
  • Production et entretien de rues et de places publiques
  • Nettoyage de gaz, lutte contre l'incendie, travaux de construction
  • Installer et utiliser l'équipement d'éclairage municipal
  • Exploite une station d'épuration
  • La question d'un nouveau permis de conduire
  • Voyage d'affaires
  • action politique directe (controversée)

III. Conditions pour la légalité d'une action vraie

Les dispositions de la loi sur l'administration publique ne s'appliquent pas aux actes réels (voir le paragraphe 9 de la VwVfG). Toutefois, le principe de la réserve légale peut être déduit du principe de l'État de droit et de la régularité de l'administration qui en découle, en vertu desquels les actes souverains exigent généralement une base d'autorisation. Par conséquent, l'exercice doit être autorisé par la loi, même dans de simples actions administratives qui interfèrent avec les droits des tiers, lesquels doivent à leur tour être légaux. Cela signifie également que les actions concrètes doivent être légales.

que ordre d'essai Nous recommandons donc la structure suivante:

  1. base légale

    en raison de la réservation de la loi voir. Art. 20 (3) La Constitution [Grundgesetz]

  2. Légalité formelle

    L’action réelle n’est formellement légale que si autorité compétente respects Procédure et conditions de forme ont agi.

  3. Légalité matérielle

    L’acte n’est juridiquement matériel que si les conditions de la base légale sont remplies et si la simple administration s’est conformée au principe de proportionnalité et à l’interdiction du profit.

IV. Protection juridique contre les actions réelles

Un acte réel qui interfère avec les droits des tiers a une nature d'intervention similaire à un acte administratif. Par conséquent, la garantie de protection légale de l'article 19 (4) de la Constitution est également donnée dans le droit réel. La protection juridique effective contre les actions réelles est donc garantie par la soi-disant exigence de performance générale, qui offre une protection similaire à celle d'une action en annulation contre un acte administratif. En outre, même avec de simples mesures administratives, la mesure dite déclarative § 43 (1) VwGO [Verwaltungsgerichtsordnung] – subsidiaire à l'exigence de performance.

Mais si la demande d'indemnisation ou d'indemnisation est demandée, alors joyau. § 40 n ° 2 VwGO pas de droit administratif, mais de droit civil.

Maintenant, pose la question juridique

Pourquoi souscrire une assurance protection juridique?


Assurance de sécurité juridique : trois formes de garanties
L’assurance de protection juridique prend en charge des frais de procédures ou offre des services, en cas de différend ou de litige opposant l’assuré à un tiers en vue, notamment : de défendre ou sembler l’assuré, avant ou pendant une procédure ; de défendre l’assuré contre une réclamation dont il est l’objet ; d’obtenir réparation à l’amiable, ou devant les tribunaux si nécessaire, du problématique rencontré.
La plupart des garanties de sécurité juridique garantissent l’ensemble des membres de la famille ( conjoint, enfants et, le plus souvent, toute personne résidant couramment au sein de la famille ).
La sauvegarde juridique couvrant un domaine de la santé d’intervention. L’objet de ce type de garantie est de couvrir les événements, conflits ou litiges se rapportant à un domaine précis et dénommé. Il y a de nombreux domaines d’intervention : santé, accidents corporels, habitation, automobile, consommation… Par exemple, pour une garantie concernant les litiges liés à l’achat, la location ou la livraison d’un logement ou à la mauvaise exécution d’un service, c’est une sécurité juridique « consommation » qu’il satisfera de prendre.
La sécurité juridique générale
Il s’agit de la garantie la plus très large proposée par l’assureur qui définit précisément son étendue, soit positivement en renseignant le récapitulatif des domaines couverts, soit négativement en indiquant le listing des exclusions. Dans ce dernier cas, tous les domaines sont par idée couverts à l’exception de ceux mentionnés dans les exclusions. Cette garantie couvre la grande majorité des litiges de la vie de tous les jours. Elle peut aussi appréhender la garantie défense pénale et recours suite à un accident.

La meilleure assurance juridique pour vous épauler en cas de préjudice.

4.6 (82%) 30 votes