70 ans GG – Art. 19 (4): Protection juridique garantie | Garantie protection juridique

Dr. Klaus F. Gärditz

03/05/2019

Peu après l'entrée en vigueur de la Constitution, il était prévu que la garantie de sécurité juridique prévue à l'article 19, paragraphe 4, de la Constitution pourrait jouer un rôle important. BVerwG n'a pas tardé à reconnaître tout son potentiel Klaus F. Gärditz,

La Constitution (GG) a 70 ans. Cela donne une raison de regarder les valeurs les plus importantes de la société allemande. Jusqu'au 23 mai LTO droits fondamentaux, leur développement et leur signification hier et aujourd’hui. Tout commence par la garantie de protection légale de l'art. 19 (4) La Constitution de Prof. Dr. Klaus F. Gärditz.

Art.19 GG est un article assez inaperçu à première vue qui, contrairement à l’esprit des droits fondamentaux précédemment normalisés, semble être un droit technique aux droits fondamentaux.

Les débats du conseil parlementaire ont principalement porté sur le problème selon lequel les barrières différenciées aux droits fondamentaux des individus pourraient induire en erreur et saper la substance de la protection des droits fondamentaux au moyen d'une législation formellement correcte.

Dans l'art. 19 GG a finalement mis au point des réglementations très inhomogènes, soumises à divers avant-projets mais non terminées. La plupart des contenus réglementaires ont eu une importance limitée du point de vue actuel. Le fait que la garantie légale sans égale de l'article 19 (4) de la Constitution, qui soit une nouveauté en dépit de la loi du système juridique allemand, constituerait toutefois un véritable pas en avant sur la voie de la liberté du pouvoir judiciaire, a probablement été supposé de bonne heure.

Laissez-vous penser les législateurs?

L'interdiction de la jurisprudence individuelle (article 19, paragraphe 1, paragraphe 1 GG) ne joue pratiquement aucun rôle. Citation Command (article 19, paragraphe 1, paragraphe 2 de la loi GG) a été presque oublié, jusqu'à récemment redécouvert, pour la plupart, de perturbations dans le secret des télécommunications (article 10 (1) de la Constitution) – l'espoir que le droit fondamental serait explicitement déclaré comme intervenant vouloir faire réfléchir les législateurs et rationaliser les mesures, mais ce n'était pas tout à fait vrai. Au lieu de cela, les dispositions de la loi, qui obligent le législateur à clarifier son concept de réglementation, ont été développées pour devenir la principale contrainte limitant la liberté.

L'interdiction de toucher à l'essence même des droits fondamentaux (article 19 de la Constitution) est suffisamment étonnante pour être insignifiante dans la constitution. En effet, la Cour constitutionnelle fédérale (BVerfG), avec son filigrane et son important jugement d’adéquation, a laissé peu de place à des facteurs correctifs supplémentaires, réduisant ainsi le caractère intrusif des frontières matérielles externes.

Le fait que la garantie fondamentale soit incluse dans la première phrase de l'article 52, paragraphe 1, de la Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne, constitue donc une remarquable greffe juridique d'un régime sans signification. La garantie essentielle européenne subira probablement le même sort que le modèle allemand.

L'applicabilité fondamentale des droits fondamentaux aux personnes morales nationales (article 19 de la Constitution) a également été moins cohérente par la suite que ce qui avait peut-être encore été reconnu en 1948/49. La jurisprudence a systématiquement réduit cette disposition à son sens libéral. BVerfG considère les personnes morales comme un instrument permettant aux différents transporteurs d'utiliser leurs droits fondamentaux pour exercer effectivement leur liberté protégée par le droit constitutionnel – des résultats similaires auraient été atteints sans l'art. 19 (3) Constitution.

Les tribunaux administratifs découvrent le pouvoir de libération de l'art.19 (4) de la Constitution

Mais dès 1951, Richard Thoma, lui-même vice-président du conseil parlementaire et surtout consulté comme consultant, notait la "hardie" garantie de sécurité juridique "la voûte de la règle de droit, la pierre angulaire étant insérée".

Des modèles similaires ne contenaient ni la constitution de Weimar ni le projet de constitution de Herrenschiemseer. La disposition, qui inclut les tribunaux ordinaires et administratifs, devrait également constituer une disposition de droit général pour les Länder, car jusqu'à la création du Tribunal administratif fédéral, la protection juridique administrative n'était encore garantie qu'au niveau national. À la lumière des conséquences révolutionnaires pour le tribunal administratif, que la garantie de protection judiciaire développera plus tard, la discussion au sein des conseils parlementaires est relativement incontrôlée et technique.

Dès le début, les tribunaux administratifs ont joué un rôle crucial en donnant corps à l'article 19, paragraphe 4 de la Constitution.

Déjà dans sa décision de 1954 relative aux soins, le BVerwG reconnaissait le modèle de libération du modèle de liberté qui sous-tendait l’idée de droits subjectifs et le démontrait dans une brève explication (BVerwGE 1, 159, 161 s.). Les citoyens qui ont besoin d’aide ne sont plus des destinataires tout-puissants, mais des exigences subjectives propres à régner sur l’État.

La protection juridique est au centre du droit administratif

Un système judiciaire qui attribue aux libertés individuelles une valeur aussi fondamentale que la constitution a donc également mis en place un modèle de protection juridique qui attribue à chaque individu des options de protection juridique effectives et lui permet de défendre son professionnalisme tout au long du processus. Art. 19 (4) La constitution avait fondamentalement changé le droit administratif allemand – mais aussi la pensée juridique administrative.

Bien que de nombreuses formes pré-constitutionnelles (telles que l'acte administratif) aient été préservées. Cependant, le droit administratif était de plus en plus pris en compte en termes de protection juridique: la contrôlabilité et les conséquences des erreurs étaient axées sur la doctrine juridique et juridique appliquée, tandis que les questions de pertinence administrative et de production de décisions administratives passaient au second plan. Art. 19 (4) La constitution est devenue le "centre systémique" en droit administratif.

Selon l’entente conventionnelle, l’article 19 (4) de la Constitution ne crée aucun droit, mais présuppose de tels droits. Mais là où c'est juste, une application efficace est garantie.

Cela a conduit à une division du travail qui fonctionne bien entre les juridictions administratives et constitutionnelles: alors que le BVerfG visait à préciser les conditions d'une protection juridique effective, la question de l'existence d'un droit (au-delà du dogme du droit fondamental) était principalement soumise à une loi spéciale. Ici, c’est parce que la juridiction administrative a détaché la base juridique subjective d’un ordre juridique différencié des normes individuelles – souvent techniques -.

Le temps d'Otto Mayer est terminé

La détermination allemande de la loi administrative sur la protection juridique occupe toujours une place particulière dans le droit comparé européen. Néanmoins, le droit de l'Union – notamment en vertu de la garantie légale parallèle de l'article 47 de la Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne – repose à présent également (avec toutes les différences de détail) sur un modèle subjectif de protection juridique renforcé par l'efficacité de la législation européenne. Cour.

Seules quelques autres dispositions permettent de suivre les violations du droit public en droit administratif aussi clairement que la garantie de protection juridique. Il cite souvent la poésie de pionnière du droit administratif allemand Otto Mayer de 1924, selon laquelle le droit constitutionnel disparaît, le droit administratif existe, il peut avoir été rejeté par l'histoire du tribunal administratif selon la constitution.

Cela démontre encore une fois la qualité fondamentale du crash système, qui sépare la constitution du couloir plus large de la continuité juridique en droit public sous la césure légale de 1871 et 1919, qui a façonné l'horizon de l'expérience d'Otto Mayer.

Si nous célébrons les 70 ans de la constitution au cours de ces semaines, cette réussite doit être rappelée.

L'auteur Prof. Klaus F. Gärditz est titulaire de la chaire de droit public de l'Université de Bonn.

Comment souscrire une garantie protection juridique?


Fonctionnement de la garantie sécurité juridique
La garantie sécurité juridique est valable à la fois dans le cadre d’une action en justice engagée par l’assuré et par-dessus le marché quand celle-ci est engagée à son encontre.
L’article L. 127-1 du Code des assurances prévoit que cette aide peut être produite pour tout type de procédures : pénale, civile, administrative. Avant toute chose, il faut donc déclarer un sinistre auprès de son assureur afin de pouvoir profiter de cette garantie. Est apprécié comme sinistre, au sens du Code des assurances « le refus qui est opposé à une réclamation dont l’assuré est l’auteur ou le destinataire ». La sauvegarde peut alors se traduire par l’assistance d’un service juridique qui aide l’assuré lors d’une négociation amiable pré contentieuse. Cette assurance permet aussi l’attribution de fonds à un avocat, le paiement de dépenses d’expertise et plus grandement les frais de procédure.

Auprès de qui demander des devis de mutuelle sécurité juridique ? Plusieurs genres d’acteurs se partagent le marché de l’assurance sécurité juridique. Il s’agit notamment : des courtiers, des institutions bancaires, des mutuelles. dans certaines situations, il faudra, pour recevoir un devis 100% sur-mesure, vous déplacer en agence après avoir pris rendez-vous. Dans d’autres, vous pourrez contacter un conseiller par mobile ou demander à être rappelé, notamment auprès de la Caisse d’Épargne. Plus pas souvent, les prix des formules de sécurité juridique proposées seront affichés directement par les assureurs sur leur site. C’est par exemple le cas pour la GMF, qui mentionne le tarif de sa formule de base ( depuis 6, 64 € mensuellement ) sur la page marque au produit. Il sera également parfois envisageable de réaliser votre mise en situation de tarif vous-même en remplissant un questionnaire en ligne, mais il vous faudra redire l’opération à chaque fois que vous désirez un nouveau devis.

La meilleure garantie protection juridique pour vous aider en cas de préjudice.

4.1 (81%) 43 votes