Transfert de contrat | Procureur des médias | Meilleure assurance décès dirigeant entreprise

avec transfert du contrat Une autre personne (mentionnée l'acquéreur) a été remplacée par l'un des contractants dans l'ensemble de la situation juridique résultant du contrat.


Catégorie: Droit civil

Transfert du contrat

par Paolo Franceschetti

notion

selonArticle 1406 "Chaque partie peut se substituer à une tierce partie dans la relation résultant d'un contrat avec ses services, si elle n'est pas encore exécutée, à condition que l'autre partie vous le permette"

Lors du transfert du contrat, une autre personne (l'acquéreur) est remplacée par l'un des contractants dans toute la situation juridique qui découle du contrat. Indemnisation, donc non seulement en dette ou en crédit, mais dans toutes les positions actives et passives, le principal et les suppléments, en rapport avec la relation juridique transférée. Par conséquent, une hypothèse de succès se produit entre vives en particulier.

Il s'agit d'un numéro différent de la cession de crédits, dans laquelle le transfert s'applique uniquement au site actif, mais le reste cependant. Ce n’est pas par hasard que la jurisprudence et la doctrine font souvent l’objet de discussions sur la qualification d’un cas particulier sous la forme d’un transfert de crédit ou d’un contrat (par exemple, la question du transfert du droit de rachat du vendeur, lors de la vente avec rachat de contrat).

Nature juridique

Thèse du contrat type et la thèse elle-même

Il est discuté si le transfert du contrat est un contrat typique ou un effet contractuel.

Certains auteurs n’accordent pas trop d’attention au problème et le rejettent rapidement en identifiant dans le transfert un contrat type et trilatéral. En fait, beaucoup de gens voient dans la vente une vente du contrat, allant même jusqu'à reconnaître la cause de l'institution "en échange entre un prix de vente et un remplacement dans la qualité d'une partie".

D’autres auteurs, en revanche, affirment que la mission n’est pas un contrat type, ni un moyen de le former. Au lieu de cela, c'est une affaire volontaire qui peut inclure n'importe quel contrat, généralement ou de manière atypique. En pratique, la mission n’est pas un contrat, cependant effet d'un autre contrat. (vente, échange, donation) conclu sur un autre contrat type faisant l'objet de la vente (vente, location, offre, etc.).

Le fait qu'il s'agisse de la vue la plus précise montre au moins le fait que le législateur a inclus le transfert dans cette partie du contrat en général et non dans la section consacrée aux contrats types.

D'autre part, le terme "transfert" est également indiqué dans ce sens, qui désigne techniquement le transfert d'un droit, gratuitement ou contre rémunération (à la suite d'une vente ou d'un autre contrat, généralement ou inhabituellement).

La cession peut donc être envisagée (selon la règle) ou à titre gratuit, auquel cas elle peut également intégrer les détails d'un don (lorsque la cession concerne une position très avantageuse ou, au contraire, "extrêmement onéreuse" – selon la définition donnée par Carresi).

Le problème du don de contrat

le problème

Le problème de la transmission avec une cause libérale est lié à celui que nous venons de voir. La question de savoir si le transfert peut être effectué gratuitement dans le but d'enrichir le cessionnaire est examinée.

La tâche négative

Dans un sens négatif, il a été dit que la cause libérale serait "anormale" et qu'elle "abandonnerait" la vente ", en supposant qu'il s'agisse nécessairement du point de référence des contrats avec des services similaires".

De plus, selon la thèse bizarre de Messineo, lors du transfert d’un contrat, des obligations (l’obligation d’exécuter la rémunération, puis d’autres obligations accessoires) sont également transférées, ce qui nous empêche d’évaluer le transfert effectif comme un enrichissement. En d’autres termes, selon cette théorie, l’attribution du contrat sera toujours libre (l’hypothèse de paiement d’une taxe, que l’appel de l'auteur appelle un "prix"), mais ne peut jamais avoir un cas libéral, est possible car qui transfère une position contractuelle active dans le même temps, un certain nombre d'obligations accessoires empêchant la transaction de reconnaître un avantage économique à l'acquéreur et une détérioration au cédant.

La tâche positive

En réalité, la théorie négative repose sur certaines idées fausses fondamentales liées à la nature juridique de l'accord.

Tout d'abord, il est très influencé par les théoriciens qui identifient une vente du contrat dans la figure en question.

En outre, l'objet du transfert (consistant en un contrat avec des services similaires) est confondu avec la vente effective.

Enfin, il est tout à fait hors de propos de dire que Messineo le fait, que la vente d’une position active a pour contre-exemption une exemption des objets passifs (c’est comme si j’abandonnais le droit d’acheter un immeuble en construction pour la valeur de Un million, un million de pertes sont compensées par les obligations dont je suis libéré.

Au lieu de cela, si nous acceptons la théorie selon laquelle le transfert n'est pas un contrat typique, mais l'effet d'un autre magasin (vente, donation, échange), il n'y a aucun problème à admettre une donation du contrat.

En outre, le code ne laisse aucune trace d'une solution au sens négatif du terme et il est acquis que le don peut avoir pour objet un droit ou une obligation (comme indiqué dans le texte de l'article 769). Il ne fait donc aucun doute que cela peut être une position contractuelle, si cela se traduit principalement par des avantages.

Dans ce cas, un formulaire public sera nécessaire puisqu'il s'agit d'un don direct.

Le problème avec la structure de la vente

prémisse

Sous le pouvoir du code de 1865, la cession de contrat n'existait pas. Toutefois, il ne faisait aucun doute que l’autonomie privée pourrait obtenir un tel résultat, et il a été supposé que l’affaire serait scindée en deux chiffres liés entre eux: un virement de crédit et une acquisition de dette.

Avec le Code de 1942, la mission était définie comme une figure unifiée et la doctrine posait la question de savoir si l’Institut conservait sa configuration initiale inchangé ou, d’une autre manière, les chemins à rechercher.

La thèse du contrat bilatéral

Certains auteurs prétendent que rien ne serait innové en ce qui concerne les solutions développées au niveau doctrinal et juridique sous le pouvoir du 65ème Code; L'avocat de 42 ans n'aurait en réalité rien fait d'autre que d'intégrer le chiffre tel qu'il avait été présenté par les avocats de l'époque.

Selon cette théorie, les ventes seront un magasin bilatéral, et Le consentement du contractant adjudicataire ne serait pas nécessaire pour compléter le dossier, mais pour libérer le mandant de la dette., conformément au principe énoncé au deuxième alinéa deArticle 1273. Dans la pratique, selon cette théorie, les ventes seraient un magasin unifié (en conséquence combinaison d'une cession de crédit avec prise en charge de la dette interne), humain Le consentement des assignés serait un condicio iuris dont le seul effet serait la libération du cédant de la dette (Barbero, Cicala, Betti, Bianca, Galgano).

À l’encontre de cette thèse, il a été initialement indiqué qu’il n’y aurait pas de sens de configurer les ventes comme une combinaison d’assomption et de transfert, car les efforts du législateur auraient été vains en ce sens qu’il n’était pas nécessaire de définir les fonctions d’un personnage indépendant, si cela était nécessaire. a coïncidé avec d’autres institutions dispersées ici et là pour le code, de sorte que personne n’aurait de doute sur son hypothèse.

En outre, la discipline des deux institutions est différente, car le transfert du contrat offre également à l'acquéreur la possibilité de mener les actions du contrat appartenant au cédant, par opposition à ce qui se passe lors de l'acquisition et du transfert du crédit.

La thèse du contrat plurilatéral

Selon la doctrine (et le procès unanime: v. Cassation 5244/2004; 6157/2007), le transfert sera un stockage trilatéral. Cela peut facilement être déduit de la nécessité d'obtenir le consentement du contractant adjudicataire (préventif ou ultérieur).

En fait, la fonction d’acceptation de la vente ne peut être reconnue que par la renonciation du cédant; L’importance et le rôle de l’acceptation sont bien évidents lorsque l’on considère que le transfert peut également déterminer la nature de la mission (par exemple, subordonner son attachement à un changement d’accord ou demander l’ajout de clauses spéciales).

La différence entre les deux théories est la suivante: l’acceptation de la thèse du magasin trilatéral s’ensuit que l’affaire est perfectionnée au moment de l’accord du client et qu’en l’absence d’un tel consentement, l’accord entre le mandant et le preneur de licence n’aura aucune valeur. En acceptant la thèse du magasin bilatéral, nous arrivons à une autre conclusion; 1) d’abord et avant tout, le magasin est terminé au moment de l’accord du cessionnaire; 2) En l'absence d'acceptation du transfert, le magasin sera valable comme octroi de crédit et hypothèse interne.

La différence deviendra plus claire avec cet exemple: Dante (propriétaire de la boulangerie franchise) établit un contrat de livraison de pain avec Tizio (propriétaire d’une épicerie); Tizio donne le contrat à Dario (propriétaire d'une autre boulangerie de la même chaîne), mais Tizio n'accepte pas.

Pour la théorie du contrat trilatéral, l'accord n'est pas valide et ne produit aucun effet. Dante sera toujours obligé de livrer le pain et Tizio lui paiera toujours le prix.

Pour la théorie des magasins bilatéraux, le contrat est valide, mais aucune conséquence significative n’est produite pour Tizio; Dario a ordonné de livrer le même montant et le même type de pain à Tizio et a acheté un crédit lié au paiement du prix. Ensuite, Tizio recevra le pain de Dario et lui paiera le prix (à condition que le crédit lui soit notifié), mais en cas de défaillance, il se tournera toujours vers Dante.

Une autre conséquence importante est que pour la dissertation du contrat trilatéral avant l’adhésion de cédé, Dante et Dario peuvent révoquer leur consentement. Au contraire, lorsque vous acceptez la thèse du magasin bilatéral, le rappel éventuel de l'un des deux contractants n'aura aucun effet (bien qu'il soit possible, bien entendu, le rappel bilatéral).

Portée du transfert

Le but du transfert

Quant à l'objet, il est discuté s'il s'agit du contrat ou de la position de l'entrepreneur.

Le code ne résout pas le problème, alors que des indications contradictoires sortent des données textuelles; en fait quand on parle de "transfert du contrat"Il semble se référer au contrat lui-même, presque compris comme un bien en soi, alors que l'article 1406 dit"Chaque partie peut remplacer une tierce partie"Et l'expression semble presque insister sur le fait que le transfert s'applique à la position du contractant.

En ce qui concerne le contrat vendu, le code indique uniquement que le champ de transfert ne peut être qu'un contrat de paiement au rendement qui n'a pas encore été exécuté.

Il est donc nécessaire de mieux délimiter la portée de cette valeur contractuelle.

Boutiques gratuites

Premièrement, il est nécessaire d’exclure la transférabilité des magasins gratuits, car il s’agit toujours de contrats avec des services payés par une seule partie. Par ailleurs, il est possible de vendre des contrats unilatéraux mais onéreux, tels que le prêt mutuel. En effet, comme nous l'avons vu dans le premier chapitre, le concept de contrat avec des services similaires ne coïncide pas avec un contrat difficile (bien qu'une partie de la doctrine insiste pour confondre les deux concepts); et le code, dans la mesure où il limitait la portée de la cession aux contrats avec des services similaires, voulait peut-être faire référence aux contrats lourds.

En tout état de cause, il ne fait aucun doute que le mandat d’un contrat unilatéral, tel qu’une hypothèque, a été évoqué, ne serait-ce qu’en vertu du principe général des contrats atypiques.

les contrats intuitu personae

Il ne semble pas que nous devrions exclure les contrats intuitu personae du champ de la mission, comme l'ont rapidement confirmé certains auteurs: si un autre contractant peut être remplacé dans le contrat, il ne peut déterminer la mission qu'avec une évaluation personnelle.

Transfert partiel

En cas de transfert partiel, certains auteurs n’autorisent pas, et même s’il existe un accord, il intégrera un phénomène novateur. Selon d'autres, cela serait permis, car il n'y a pas d'éléments dans le code permettant de tirer le contraire.

Changement partiel de contenu.

Une autre question discutée est de savoir si la transmission est compatible avec un changement de contenu partiel. Ici aussi, il y a des opinions contradictoires. Selon certains auteurs, cela n’est pas possible, car la cession suppose que l’ensemble de la relation contractuelle est transféré sans changement; un changement partiel de contenu conduira plutôt à une transformation complète de la relation; nous aurions alors une novation objective et subjective en même temps. Selon Bianca, il s’agit plutôt d’interpréter la volonté contractuelle; Si la volonté du parti est de maintenir la relation initiale et de n'apporter que quelques changements, le phénomène peut encore être observé dans la vente, plutôt que dans la novation.

Incertitude des parties

Certains auteurs font valoir que tous les contrats établis par les parties devraient être non transférables (c'est-à-dire ceux dans lesquels les parties établissent une clause de non-transférabilité).

Carresi observe au contraire que parler de contrats qui ne peuvent être transférés par la volonté est une contradiction; "Cela n'a pas de sens que les parties empêchent de manière préventive l'accomplissement d'un acte pour lequel leur consentement est toujours requis" car, si elles acceptent de remplacer une tierce partie par l'une d'entre elles, le précédent accord de non-transférabilité sera résilié.

En réalité, il nous semble qu'un accord préalable d'interdiction des ventes est autorisé et n'est en aucun cas une contradiction; La conséquence ne sera pas la non-transférabilité du contrat, mais le rejet du transfert sans approbation préalable de la cession.

Suggestions, suggestions irrévocables et options

La proposition de contrat peut être transférée, y compris l'irrévocable, et la possibilité. Le contrat préliminaire est transférable, et il est discuté si le but de la tâche est le préliminaire en soi ou le droit de conclure le final. De toute évidence, la réponse dépendra de ce que l’on entend par objet du transfert; si elle est considérée comme appartenant à la qualité d’une partie contractante, l’attribution provisoire aura précisément pour objet l’accord provisoire; Si, au contraire, il est identifié dans la relation contractuelle, le transfert du provisoire aura pour objet l'obligation de conclure la version finale.

Contrats de paiement au rendement non encore exécutés

prémisse

Une attention particulière devrait être accordée à l'expression "contrats d'exécution similaire non encore exécutés" utilisée à l'article 1406.

Selon certains auteurs, il est nécessaire qu'aucun des deux services n'ait été effectué. Selon d'autres auteurs, le terme signifierait qu'au moins un des deux services n'est pas exécuté.

Le problème est concret en ce qui concerne les contrats d’électricité actuels. Par exemple, dans la vente où l'un des deux services n'a pas encore été exécuté, il a été demandé s'il était possible de vendre le poste contractuel.

La tâche négative

Certains auteurs soutiennent que l’attribution du contrat aux effets réels est toujours inacceptable si l’un des services est fourni et limite la portée du transfert aux contrats d’exécution continue ou d’effets réels, mais différés (par exemple, un contrat soumis à une condition ou à la fin, une vente de sexe, certains d’autres, etc.)

Si le droit a déjà été transféré, la position de l'acheteur ou du vendeur ne peut pas être transférée car le contrat a déjà épuisé ses effets.

En outre, certains auteurs soutiennent le processus négatif eux-mêmes en raison du fait que le code ne transmet pas la cession.

Il a également été dit que renoncer à la position de l’acheteur (consistant à recevoir l’affaire) ou à la position du vendeur (consistant à recevoir le prix) signifiait ne pas vendre la totalité du contrat, mais seulement la partie active de la relation; Par conséquent, le crédit sera transféré et non le contrat. En abandonnant la position passive (payer le prix ou transférer le dossier), l’attribution du contrat, mais le succès de la dette, n’est pas réalisable avec les chiffres de délégation, l’expression et la prise de contrôle.

Si dans une vente où l'actif est transféré, la position de l'acheteur est indiquée, il ne sera pas transféré, mais une nouvelle vente avec le prix excédentaire; Si vous assignez le vendeur pour recevoir le prix, le cas sera classé comme un transfert.

La tâche positive

Une partie de la doctrine et de la voie juridique soutient la tâche positive.

Si j'en achète un bon et que je dois recevoir le prix, c'est en fait une chose qu'il vend sic et simpliciteret un compte signifie qu’il attribue l’intégralité du contrat, y compris, par exemple, la clause pénale et d’autres garanties, ainsi que des obligations supplémentaires pour les deux parties.

En résumé, les contrats d’expression de performances similaires qui n’ont pas encore été exécutés devraient non seulement faire référence aux services principaux, mais également aux services secondaires, s’ils existent.

Pour donner un autre exemple, la vente d’un bien à temps partagé, plutôt que la vente, est une véritable garantie contractuelle, car outre le bien, un certain nombre d’obligations complexes doivent obligatoirement être transférées (obligations d’entretien, obligations de respecter les changements, etc.). ).

Mais la tâche négative ne signifie pas que, bien qu'il faille soutenir que le code ne vise en réalité que les contrats obligatoires ou les effets différés, il ne serait certainement pas exclu que les parties concluent un transfert atypique, en vertu du principe général établi parArticle 1322.

forme

Le législateur ne prescrit rien en termes de forme de vente, mais – malgré quelques opinions opposées – il ne semble pas douter que le principe général de symétrie dans les magasins d'accessoires s'applique.

Cette règle de symétrie devrait également s'appliquer lorsque le contrat de base n'exige pas légalement la rédaction, mais que les parties l'ont déterminé sous cette forme.

La même règle s'applique alors à l'acceptation du transfert. C'est du moins l'opinion de la doctrine actuelle. Cependant, la jurisprudence affirme constamment que l'acceptation peut aussi être tacite; Mais, avec cela, il a été observé que l’on contrevient à la théorie du contrat plurilatéral ou au moins on introduit une exception au système qui est difficile à justifier. En fait, s’il est vrai que la mission est un contrat unifié, la forme sous laquelle doivent se manifester les diverses manifestations de la volonté doit être identique.

En revanche, la vente doit prendre une forme publique même lorsque le contrat de base est de forme libre uniquement lorsqu'il intègre les détails d'un don.

Il convient de noter que la loi de l'article 1407 parle à tort de forme; En fait, dans le premier paragraphe, seul le problème de la notification de la cession et de l'acceptation du transfert mentionné (sans préciser sous quelle forme les deux actions doivent être effectuées) et dans le second paragraphe, il est dit que lorsque le contenu de la raison pour laquelle le contrat est inséré dans un document à commander l'approbation du document produit l'effet de la transmission.

Approbation du contractant attribué

L’approbation du transfert peut être ultérieure, mais également préventive.

L’approbation ne tolère pas l’implantation de conditions générales. Si les termes de cette action constituent un changement de contrat ou un autre événement externe, la question doit être considérée comme une nouvelle proposition adressée simultanément au cédant et à l'acquéreur.

Lorsque l'acceptation est préventive, le transfert n'est pas effectif s'il n'est pas notifié au cédant ou s'il ne l'accepte pas à nouveau. Donc effectivement direArticle 1407: Si une partie a déjà autorisé l'autre à remplacer un tiers dans les circonstances du contrat, la réparation prend effet à son encontre à compter du moment où il en a été avisé ou qu'il l'a acceptée..

L’approbation ou la notification sert en fait à informer le mandat du transfert, de sorte que celui-ci reste sans connaître le transfert, remplit le principal vis-à-vis du principal.

Dans les deux cas, mais à la fois quand il est tardif et quand il est préventif, la nature juridique de l'acceptation ne semble pas être considérée comme différente.

Au contraire, il a été dit (Bianca, Gazzoni) que, dans l’autorisation de le remplacer, il ne doit y avoir aucune approbation préalable du transfert; En fait, il s'agit d'une procuration en vertu de laquelle la personne cédée attribue au cédant le pouvoir de transférer le contrat à l'avance, mais une acceptation ultérieure sera également nécessaire. La thèse repose avant tout sur un argument logique, en ce sens que la loi n'exigerait pas une nouvelle acceptation si la prévention était déjà considérée comme telle.

En conséquence, si des tiers ont donné leur consentement par la suite, cela fait partie du contrat. Si l'autorisation est plutôt préventive, elle ne deviendra pas une partie mais restera uniquement pour la relation (même après notification). Sur la base des conséquences pratiques, cette thèse implique initialement que dans le procès n’est pas une coopération nécessaire (contrairement à l’hypothèse où l’autorisation est postérieure). Deuxièmement, la société cédée ne reprendrait aucun droit ni aucune obligation vis-à-vis de l’acquéreur pour une nouvelle acceptation.

Mais cette tâche n’est pas convaincante car il n’est pas clair comment et où la différence de discipline entre l’autorisation passée et l’autorisation ultérieure est obtenue.

Encore plus inexplicablement, la position de Bianca est selon laquelle, en cas de consentement ultérieur, la mission ne pourrait qu'approuver la vente sans encourir aucune des obligations découlant de l'accord de cession (il s'agirait en réalité d'un acte totalement inutile).

effets

selonL’article 1408, paragraphe 1, du cédant est libéré en ce qui concerne le transfert des obligations découlant du contrat. Toutefois, il s’agit d’un effet naturel et non matériel du contrat car, conformément au paragraphe 2, le pouvoir adjudicateur peut déclarer qu’il ne libérera pas le cédant, auquel cas il pourra également recourir à ce dernier si le cessionnaire ne remplit pas ses obligations. En pratique, le cédant devient une partie responsable de la communauté et est responsable des obligations contractuelles du contractant.

Le cédant peut également assumer la garantie de bonne exécution vis-à-vis de l’acquéreur; dans ce cas (en plus de garantir le respect par la partie contractante de la partie cédée) en vertu de l'article 1410, il garantira que la cession n'est pas respectée par le preneur de licence en tant que garant.

Lors du transfert, le client ne peut plus exiger l'exécution de la société cédée. Il se limite à garantir au contractant la validité du contrat vendu et, même si la loi ne le permet pas, la propriété de la relation transférée.

Le cédant peut opposer au nouveau contractant, c’est-à-dire au commettant, toutes les exceptions résultant de la vente du contrat (invalidité, norme), mais pas celles fondées sur la relation avec le cédant (par exemple, la compensation) qui, comme , sera exclu. au rapport (article 1409).

C’est également un effet naturel et non matériel de la vente, car la deuxième partie de l’article 1409 dispose que la mission peut se réserver explicitement le droit de récupérer toutes les exceptions fondées sur la relation avec le commettant.

Mauvaise tâche

On parle d'une mauvaise tâche en ce qui concerne les hypothèses que le code présuppose et dans lesquelles un poste contractuel est attribué sans le consentement de l'entreprise cédée. Cela arrive:

Dans ces hypothèses, il semble qu’en réalité, il n’est pas possible de parler de vente (qui ne peut être que volontaire), mais seulement après le succès du médecin, ce qui a pour conséquence que les dispositions des articles 1406 et suivants ne peuvent pas être appliquées à toutes les personnes concernées. cas mentionnés.

Différences entre rapport de crédit et relevé de contrat

Nous avons déjà mentionné le lien entre l'attribution du contrat et la répartition du crédit.

La différence réside principalement dans l'objet; Lors de l'octroi d'un crédit, seul le côté actif de la relation est vendu; Lorsque le contrat est transféré, l'intégralité du poste de contrat a été attribué, y compris les frais supplémentaires, les services secondaires, etc.

Deuxièmement, la différence se voit dans les actions et les exceptions sont transférées et exercées par l’acquéreur; Lors de l’octroi du crédit, seules les actions visant à le rétablir sont remises (action de conformité et garanties surtout); En revanche, lors du transfert du contrat, toutes les actions liées au contrat ont été vendues (résiliation, résiliation, etc.).

Par exemple, le rejet (3102/1987) a déterminé que, malgré les différentes nominations fournies par les parties dans le magasin (qui l’avaient qualifié de cession du contrat), le transfert du loyer non payé par le bail en défaut sera considéré comme un virement bancaire. ; avec la conséquence que l'acquéreur pourrait agir pour l'exécution, mais pas pour la résiliation du contrat.

sous-entrepreneur

notion

La sous-traitance survient lorsqu'un sujet cède un autre droit au même contenu, mais avec une extension inférieure ou égale à celle qui découle d'un contrat précédent (appelé contrat principal, contrat de base ou – avec un délai très long – contrat).

La caractéristique de ce type de contrat est que le contractant (qui appelle à tort le cédant) assume le rôle inverse par rapport à celui qu’il a dans le contrat principal; Par exemple, le contractant sous-traite le contrat principal et devient donc contractant vis-à-vis du contractant sous-traitant.

Le sous-traitant peut être typique ou atypique. En règle générale, les numéros de sous-traitants sont fournis par le code: location (1594), subenfiteusi (968), sous-contractant (1656) subkomodato (1804) sous-dépôt (1770) submandato (1717) et sous-traitant récent (L. 98/192).

De manière atypique, le code ne spécifie pas expressément le sous-traitant, mais l'accepte certainement en vertu du principe général de l'autonomie privée; par exemple, une sous-location et tout autre chiffre, typique ou atypique, selon la décision d’un contractant d’appeler un autre, à l’exception de quelques chiffres dont le rejet est motivé par des raisons techniques; Par exemple, le sous-traitant des ventes sera impossible car, même si la position du vendeur ou de l'acheteur peut être transférée (ce que nous avons conclu, il est impossible que le contenu du contrat reste le même).

La différence entre sous-traitant et mission

La différence entre le sous-traitant et la mission réside dans le fait qu'il ne s'agit pas d'un contrat trilatéral, mais d'un contrat bilatéral, auquel l'acquéreur (le terme est également incorrect) ne participe pas.

De plus, le contrat principal n'est pas vendu, mais le nouveau sous-traitant y est ajouté.

Il va sans dire qu’il n’ya pas de substitution d’une partie contractante et qu’il n’ya donc aucun effet d’héritage.

Le cédant n’est pas libéré de ses obligations vis-à-vis du transfert, lequel reste intact. Le cédant a toujours l'unique cédant comme contact principal, tandis que le preneur de licence ne peut pas contacter directement le titulaire des droits, car le contrat qu'il a conclu a pour cédant le cédant.

Nature juridique

En ce qui concerne la nature juridique du sous-traitant, plusieurs théories ont été proposées.

Selon certains auteurs, il s'agirait d'un phénomène attribuable au lien de négociation. La connexion se produit réellement lorsque deux magasins ou plus sont configurés pour atteindre un objectif uniforme. Il est vrai que les deux magasins atteignent le même objectif ici, mais on suppose que la connexion doit atteindre le même objectif en combinant les deux magasins, de sorte que le résultat final ne peut être obtenu avec un seul des deux; Dans le cas des contrats de sous-traitance en termes contradictoires dans le cas des indentations du cas.

Il est également important de veiller à ce que l'utilisation non sociale non existante du programme soit basée sur l'unité disciplinaire de la discipline sous-contrôlée et non générique.

Deuxièmement, il s'agit d'une contradiction entre les termes et les conditions du contrat. En revanche, la théorie de la réplication fait partie de la discipline (non applicable à la procédure disciplinaire ou au transfert d'informations entre les parties) pour lequel le terme est inchangé entre solo et terme. Atecnici può parlarsi di una diccioni a favore del terzo. Dans le cas du patient, le patient ne devrait pas être considéré comme bénéfique s'il est impliqué.

Sembra invece préfère la deuxième phrase du contradictoire, solo seul dans virtuo della regola generale dell'articolo 1322.

Disciplina del subcontratto

Une terminaison pratique des problèmes liés à importer tous les éléments de la subdivision de la discipline; En d'autres termes, il est possible de récupérer l'unité de l'estrapolandola unitaire de chaque cas dans la subdivision du codice.

Si un chargeur de groupe est interrogé, il peut s'avérer inapproprié de traiter chaque compte par le contrôleur. Un thème qui réside dans le répertoire de l’actuel prevatti questa azione diretta; Par exemple, vous devez vous attaquer à un sous-traitant des sous-traitants pour objecioni nascenti dal contratto.

Propriétés physiques et physiques impliquées de manière contraignante par rapport à la réalité est absolument impossible à contrôler.

La dottrina e la giurisprudenza prevalenti ammettono invece l’azione diretta anche per il subcontratto atipico; in alcuni casi tale soluzione si giustifica ricorrendo all’applicazione analogica; in altri facendo ricorso alla figura del contratto a favore di terzo (per cui il terzo acquisterebbe il diritto direttamente contro il promittente).

Comment avoir une assurance décès collaborateurs entreprise?


L’assurance homme clé déductible du succès de l’entreprise

Lorsque l’assurance homme clé remplit ces particularités, les primes du contrat versées à l’assureur sont des charges d’exploitation déductibles de l’exercice en cours à la date de leur échéance pour la société. De son côté, l’indemnité versée à l’entreprise lors de la réalisation du risque assuré (disparition ou arrêt de travail de l’Homme clé) se doit d’être comprise dans sa balance fiscal dans les conditions de droit commun (impôts sur les sociétés ou impôt sur le revenu selon la société).

Lorsque le contrat ne correspond pas aux critères de l’organisme fiscale, et notamment lorsqu’il prévoit le versement d’un nécessaire forfaitaire au moment du décès de l’Homme clé, les primes correspondantes ne sont pas une charge déductible des retombées fiscaux des exercices lors desquels elles ont été réglées.

Comment marche le contrat ?

Les Cotisations

Les cotisations du contrat homme clé sont réglées par l’entreprise et passent en charge d’exploitation. Elles sont donc déductibles du succès imposable l’année de leur versement. En effet, la création de ce type de contrat est une dépense réalisée pour assurer la pérennité du fonctionnement de la société. Comme toute assurance décès, le prix des cotisations varient en fonction de l’âge de l’assuré et de son état de santé. n

La meilleure assurance décès des collaborateurs en entreprise pour vous aider en cas de décès d’homme clé en entreprise et couvrir les préjudices causés avec un paiement .

4.5 (86%) 21 votes