Police d'assurance en faveur du dirigeant – Actualités | Assurance décès dirigeant entreprise

Un jugement intéressant du tribunal de Milan (Tribunal de Milan, Section du travail, 11 octobre 2016, n ° 2657, Juge Dr. Lombardi) offre la possibilité d'aborder la question de la couverture d'assurance fournie en faveur du dirigeant, y compris l'obligation pour l'employeur de souscrire une police garantissant une indemnisation en cas d'invalidité permanente résultant de tout événement, par exemple réduisant de plus des deux tiers de sa capacité de travail; établi par l'art. 12, 5 paragraphe du CCNL Industry Executives.

En fait, sur la base de cet article: "La société mettra également en place, dans l’intérêt du dirigeant, une politique qui ne garantira dans tous les cas qu’une fois en cas de décès ou d’invalidité permanente, par exemple, en réduisant la capacité de travail spécifique du dirigeant pour des raisons autres qu’un accident accidentel et en cas de maladie professionnelle, la somme, en plus du traitement de liquidation normal, similaire, du 1er juillet 2005 au montant de 116.202,80 euros lorsque le dirigeant n'a aucun enfant à charge ni conjoint. Le montant ci-dessus s'élèvera à 162 683,92 euros lorsque la famille du dirigeant concerné sera composée d'un ou plusieurs enfants à charge et / ou conjoint Ces montants, à compter du 1er juillet 2007, seront égaux à 129 114,22 € et 180 759,91 € respectivement, et le gérant contribuera au coût de la prime associée de 139,44 € par an qui sera retenue par la société. sur la rémunération selon des procédures spécifiques "; Tout cela, sans condition préalable, en vertu de la clause 8 ci-dessous, à des accords qui impliquent directement pour la société l’obligation de payer les montants directement.

Ainsi, la couverture d'assurance réglementée, l'affaire qui a été notifiée au tribunal de Milan était soumise à la demande d'indemnisation contre sa propre entreprise par un dirigeant souffrant d'une pathologie ayant entraîné la réduction à moins d'un tiers de sa capacité de travail.

Le gestionnaire n’a pas été en mesure d’utiliser la couverture d’assurance mentionnée ci-dessus. 12, puisque cette politique n’était pas déterminée par l’employeur lorsqu’il l’employait, mais seulement après le début de la pathologie, mais de cette manière, la société avait refusé l’indemnisation parce que l’événement néfaste était antérieur à la détermination de la politique.

La société défenderesse a répondu aux demandes légitimes du patron, affirmant qu’il n’y avait aucune obligation d’établir cette politique lorsqu’on invoquait un contrat de travail et que celui-ci pourrait bien être achevé à une date ultérieure.

Le juge du tribunal de Milan a rejeté cet argument défensif en l'expliquant "Bien que l'article 12, 5 paragraphes de la CCNL ne s'applique pas à l'identification d'un terme significatif pour le contrat d'assurance, celui-ci ne peut être identifié qu'au début du contrat de travail, à partir de la relation téléologique et fonctionnelle entre l'emploi et la couverture d'assurance".

En conséquence, l'incapacité de la société à agir en tant que politique d'activation n'a pas été rapidement résolue au moment du contrat de travail, mais s'est produite après l'éclosion.

Selon le juge du travail, les profils de lésion, résultant du comportement défaillant de l'entreprise, qui, si la police avait été en vigueur à compter de la conclusion du contrat de travail, montraient la survenue de la pathologie, sur la base de la réduction à moins d'un tiers de la capacité de travail, aurait déterminé l'opérabilité de la garantie. avec maturité pour le chef du droit de percevoir la compensation.

Le tribunal de Milan, en acceptant la plainte, a donc condamné la société à verser au gérant une somme égale à l'indemnité qui lui serait due dans le cas d'une couverture d'assurance.

Il est intéressant de noter que la phrase considérait la règle contractuelle collective pleinement applicable à chaque contrat, sur la base du point de vue selon lequel le fait que l'employeur n'a pas déterminé la politique entraînait une perte financière pour le gestionnaire du contrat.

re ipsa, sans avoir à en prouver le montant, dans ce cas particulier, égal à la rémunération fixée par la police établie trop tard par la société.

Cet aspect est important car, dans ce cas, l'employeur avait tenté de remédier à sa propre non-conformité à la loi sur les conventions collectives en fixant la politique post-maladie. La décision de la Cour limite au contraire ce comportement en établissant, comme nous l'avons vu, que la politique doit être déterminée par

Le début de l’emploi, avec peine de remplacement pour dommage au responsable qui a eu une réduction de sa capacité de travail.

C'est pourquoi l'art est. Le 12e cinquième paragraphe des directeurs industriels du CCNL représente une protection valable pour le chef, qui doit être conscient de cet important droit, en particulier si l'on tient compte du fait que souvent, la perte de capacité de travail devient malheureusement la "chambre avant" d'une condition de fonctionnement, ce qui peut entraîner une perte l’indemnisation déterminée par la négociation collective revêt donc une grande importance pour le soutien financier du dirigeant.

Comment contracter une assurance décès collaborateurs entreprise?


Comment bénéficier de la fiscalité de l’assurance homme clé ? Pour l’administration fiscale, toutes les assurances homme-clef ne se ressemblent pas. Le véritable contrat homme clé a pour but de couvrir les seules pertes pécuniaires qui résulteraient, pour l’entreprise, du décès ou de l’incapacité de la ou des personnes « clé(s) certifiées ».

L’assurance homme clé peut être assimilée à une assurance pertes d’exploitation, précise l’administration. Aussi pour bénéficier de la comptabilité de l’assurance homme clé, le contrat doit obéir à certains critères cumulatifs : nLe bénéficiaire est toujours la société et sa désignation doit être irrévocable. Dans une société individuelle, le bénéficiaire ne peut pas être l’exploitant lui-même

Comment ça marche ?

Vous identifiez la ou les personnes à assurer : vous-même ou un collaborateur nécessaire à la bonne marche de votre entreprise. Vous choisissez le degré de garantie approprié à la situation de votre entreprise (garantie de base accompagnée ou non de la garantie optionnelle). Le impératif assuré (et, le cas échéant, l’indemnité mensuelle) est déterminé en en proportion du risque anticipé (perte de recettes d’exploitation, coût d’une réorganisation par exemple).

L’assuré remplit les formalités médicales : réponse à un simple questionnaire ou examens complets. Ces formalités sont en fonction, notamment, du montant et de l’âge de la personne garantie. Les résultats sont strictement confidentiels, communiqués seulement au médecin conseil de l’assureur. Le montant de la cotisation est déterminé selon l’ensemble des composants qui précèdent. ainsi que le impératif assuré et, donc, la cotisation, sont adapté avec le risque réel anticipé, les cotisations versées par votre entreprise sont fiscalement déductibles.

La meilleure assurance décès dirigeant pour vous épauler en cas de décès d’homme clé en entreprise et atténuer les préjudices causés avec un paiement .

4.7 (94%) 75 votes