KredittGjenvinning | Assurance Emprunteur

> Qu'est-ce que le recouvrement de crédit?
> Comment demander un paiement
> Quand demander le paiement
> Intérêts moratoires
> La phase qui suit le rappel: négociation assistée et conciliation médiatique
> La plainte au juge
> Phase d'exercice

Quel est le recouvrement de crédit

Avec le terme générique pour recouvrement de crédit, il est fait référence à toutes les activités que le créancier exerce contre le débiteur pour acquérir paiement de ce qui lui est dû.
Il s’agit au départ d’activités destinées à produire des résultats sans toucher l’autorité judiciaire (rappels, avertissements, mesures de rapprochement parfois imposées par la loi). Et dans ce cas, il parle d'activité extraterrestre.
Si ces tentatives n'atteignent pas l'effet souhaité (et donc le paiement du débiteur), le créancier ne doit pas recourir à l'autorité judiciaire pour obtenir ce qui lui est dû par l'exécution des biens du débiteur.
Toutes ces étapes seront examinées en détail dans les paragraphes suivants.
En général, cependant, il convient de noter que pour procéder au recouvrement du crédit, il faut que:

quelques-unsEn d’autres termes, le créancier doit disposer de suffisamment d’informations pour prouver l’existence de son droit et du montant dû.

Prenons l’hypothèse où le créancier doit recevoir le paiement d’une facture pour avoir livré une certaine quantité de produits au débiteur sur la base d’un contrat écrit dans lequel le prix du service est également déterminé. Dans ce cas, le créancier doit être en possession du contrat (ou au moins dans le cas d'accords oraux, être en mesure de démontrer le contenu des accords) et prouver qu'il a effectivement livré les biens.

flottant: Le crédit doit être déterminé dans le montant.

Imaginez l’hypothèse où un sujet a le droit d’obtenir une somme d’argent à titre de réparation des dommages pour la santé résultant d’un accident de la route. Ce n'est que lorsque le montant de l'indemnisation sera déterminé (normalement par le juge) et quantifié en une somme d'argent (ordonnance de liquidation) que le crédit peut être qualifié de flottant.

payé: Le crédit ne doit pas être soumis à des conditions, ou s'il est soumis à une durée, il doit avoir déjà expiré.

Examinons l’hypothèse du contrat selon laquelle le débiteur ne doit payer une somme d’argent qu’après un certain nombre de jours à compter de la livraison de la facture. Le crédit n'est dû qu'après cette date limite.
Ou pensez au cas où le paiement est soumis à la survenance d'un fait particulier (l'état conditionnel). De plus, dans ce cas, le crédit ne peut être considéré comme payé que lorsque la condition est remplie.

Dans la pratique commerciale, il est largement admis qu’il est simple de émission de la facture suffit pour prouver ultérieurement l’existence d’une créance. Malheureusement, cette croyance est fausse et potentiellement très dangereuse.
L'émission de la facture (qui reste un document comptable unilatéral par l'une des parties à une relation) et son enregistrement régulier ne suffisent pas en soi (comme nous le verrons) pour prouver l'existence du crédit.
Il est donc toujours conseillé d'organiser l'activité et d'exécuter les travaux uniquement après la signature d'un contrat ou après l'approbation (toujours par écrit) d'un devis détaillé.
Ce n'est qu'ainsi que, face aux éventuels litiges du débiteur, il sera facile de prouver la relation et (l'élément d'importance primordiale) la somme du montant à payer.

Comment demander le paiement

Tout d’abord, il faut préciser que la loi ne prévoit pas de formulaire spécial pour réclamer le paiement.
Pour le créancier, au moins, Il est important de pouvoir fournir la preuve de l’envoi de la demande de paiement et de sa réception par le débiteur.. Et surtout, dans le cas où le débiteur ne paie pas les sommes.
Demandes sécurisées soumises via:

– Lettre recommandée avec accusé de réception
– Email certifié (CEC) à un destinataire qui est également une adresse email certifiée

Les entreprises et les professionnels sont tenus par la loi de posséder une adresse électronique certifiée. Si cela n’est pas indiqué dans les notes qui sont généralement publiées sur les sites institutionnels sous la rubrique "Contacts" ou "Données de l'entreprise", il est toujours possible, si vous connaissez le numéro de TVA du débiteur, de récupérer l'adresse via le site. www.inipec.gov.it, mis à disposition par le gouvernement italien pour accéder aux archives officielles.

Au contraire Il n'est pas recommandé de faire la demande uniquement par courrier électronique et par fax parce que ce sont des outils qui ne fournissent pas un accusé de réception fiable (même en présence d’un accusé de réception du lecteur du destinataire ou d’un accusé de réception positif dans le cas du fax).

Par courrier électronique classique, il n’est jamais absolument certain que le message soit parvenu à destination ou que l’adresse à laquelle il a été envoyé soit celle attribuée uniquement au débiteur. Dans le cas du fax, en revanche, le rapport de transmission ne peut que prouver que la transmission a bien eu lieu, mais la réception peut ne pas avoir été normale, car cela se produit généralement lorsque le fax du destinataire ne fonctionne pas correctement.

Vient à paiement formular il est toujours conseillé d'inclure:

– Une indication de la source du droit requis par le créancier (etc.)

Par exemple, si le paiement d'un montant est demandé pour des travaux effectués dans le cadre d'un contrat, il est toujours judicieux de spécifier les détails du contrat et les spécifications associées et d'indiquer s'il existe un acompte (si le contrat détermine lesdites avances). ) ou du solde.

– une indication du montant exact, y compris, si possible, une augmentation des taux d’intérêt
– l'invitation à organiser le paiement dans un délai donné
– Une indication que, en l'absence de conformité spontanée, le créancier se réserve le droit de se protéger devant un tribunal.

Lorsqu'une facture préalable est requise, elle doit être jointe à la demande de paiement, à condition qu'elle n'ait pas déjà été envoyée auparavant.

En pratique commerciale, il est en fait courant de faire une première demande de paiement avec la facture. Dans ce cas, le créancier n’exige pas de paiement, mais se limite, parallèlement à la remise du document comptable, à indiquer au débiteur le montant de la créance et le délai de remise.

Il n'est pas nécessaire que la demande de paiement soit faite par l'intermédiaire d'un avocat, car le créancier peut se payer lui-même.
S'il n'est pas possible d'obtenir le montant par mise en demeure, il est conseillé de confier la tâche de rétablir le crédit à un avocat, qui se chargera également de toute phase juridique de la procédure.

Par lors de la demande de paiement

La loi fixe les conditions maximales pour demander le paiement d'un crédit. En particulier, il est prévu que les droits de crédit sont généralement prescrits (c’est-à-dire après qu'un certain délai ne peut plus être réclamé) dans dix ans à partir du moment où le crédit est apparu (par exemple: à partir du moment où le contrat a été signé, à partir du moment où un rapport comptable a été payé, etc.).
Toutefois, pour certains types de crédit, la loi impose des conditions plus strictes et comprend notamment:

  • en cinq ans le crédit social, les montants à payer sur la location de baux, la somme d'argent à titre de réparation du dommage (à moins que le dommage ne découle de la rupture du contrat, auquel cas la durée reste de dix ans), des crédits de la cessation de l'emploi, des intérêts
  • en trois ans Les droits du travail et la rémunération du travail durent plus d'un mois
  • en deux ans créances résultant d'accidents de la route (sauf en cas de préjudice corporel, auquel cas l'échéance est égale à la limite en cas de préjudice corporel ou de violence en cas de décès), crédits provenant de contrats d'assurance
  • en un an Les droits découlant des contrats de fret, le transport (si l'expédition commence en dehors de l'UE, correspond au délai de prescription de 18 mois), le droit au paiement de déductions de prime d'assurance, le crédit d'achat pour les biens vendus à des professionnels qui ne sont pas à leur tour des commerçants, le crédit au courtier pour la commission.

Ceci n’est évidemment pas une liste complète et il est toujours conseillé de ne pas perdre trop de temps à partir du moment où le crédit est payé (donc quand on peut s’attendre à ce qu’il soit payé) jusqu’au moment de la demande.
Si le créancier fait la demande de paiement avant l'heure d'interruption, l'ordonnance est annulée et le délai repasse à zéro.

taux normal

Tous les crédits pour une somme d'argent produisent, selon la loi, des intérêts et notamment des intérêts standard à partir du moment où le crédit (comme indiqué dans le langage technique) est "expiré".
Article. 1219 c.c. déclare qu'ils produisent un intérêt standard sans qu'il soit nécessaire de notifier formellement crédits qui doivent être rencontrés au lieu de résidence du créancier et pour lesquels un délai a été fixé pour l'accomplissement et parmi ceux applicables au paiement d'une somme d'argent.

Un crédit est réputé avoir expiré lors de son paiement, c'est-à-dire au moment où le montant à payer a expiré. Considérons l'hypothèse d'une facture à payer, car il est courant de dire "soixante jours" à compter de la transmission du document. Cela signifie qu’après ce délai, le débiteur paiera et sera tenu de payer des intérêts pour chaque jour de retard.

L'intérêt standard a un caractère punitif. Ils ont pour fonction de priver le débiteur de retarder le paiement en lui infligeant une sorte de punition.
Le taux d'intérêt est fixé par la loi selon un montant fixe pour tous les types de crédit, à l'exception des crédits liés aux actes. transactions commerciales.
Les transactions commerciales sont définies comme des contrats (quel que soit le nom utilisé) entre entreprises ou entre entreprises et administrations publiques, qui impliquent exclusivement ou principalement la fourniture de biens ou la fourniture de services contre paiement d'un prix.
Dans ce cas, la loi (article 2 du décret-loi n ° 231 de 2002) dispose que le taux normal est déterminé sur la base du taux d'intérêt utilisé par la BCE pour ses dernières opérations de financement principales, majoré de huit points de pourcentage.
S'agissant des transactions commerciales, le décret-loi n ° 231 de 2002 dispose que le créancier a le droit d'obtenir du débiteur les montants nécessaires au rétablissement du crédit lui-même.
Pour cette raison je demande de paiement Il est toujours conseillé d'indiquer que le paiement du crédit (le code principal) et le paiement des montants en tant qu'intérêts standard sont obligatoires.
Il convient également de noter que le décret-loi n ° 132/2014 a également étendu la réglementation des impôts résiduels prévue par le décret-loi no 231/2002 à d'autres domaines que ceux qui lient deux entrepreneurs commerciaux (et donc à tous les types de retard de paiement).
Surtout l'art. L'article 17 du décret-loi 132/2014 stipule que, dans les relations entre particuliers et entre particuliers et entrepreneurs, l'intérêt sera utilisé:

  • le moratoire habituel sur le moment de la présentation d'une demande légale
  • Le moratoire prévu pour les transactions commerciales à partir du moment où une demande légale est faite.

La phase qui suit le rappel: négociation assistée et conciliation médiatique

De plus en plus souvent, la loi, afin de réduire le nombre d'affaires devant un juge et de favoriser les négociations de conciliation entre les parties, exige que le créancier, lorsqu'il ne reçoit pas spontanément le paiement de la part du débiteur et a donc l'intention d'engager une action en justice, doit d'abord juger va rejeter ses demandes.
Le système actuel exige que ceux qui entendent engager une action en justice satisfassent leurs demandes Tentative de consultation (C. D. ascenseur de conciliation de médiation) auprès d'un organisme de médiation agréé par le ministère de la justice si la demande concerne l'un des sujets suivants:

  • appartement
  • Droits réels
  • division
  • Héritage héréditaire
  • Familiepakter
  • bail
  • Prêts gratuits
  • Boligutleie
  • Indemnisation pour blessure résultant d'une responsabilité médicale et sanitaire
  • Indemnisation des dommages causés par la diffamation avec la presse ou d'autres formes de publicité
  • Contrats d'assurance
  • Contrats bancaires
  • Contrats financiers

Au cas où le débiteur n'assisterait pas à la réunion prévue pour la conciliation ou, même s'il se présente, déclare qu'il ne souhaite pas se conformer au règlement, le médiateur établit un rapport dans lequel il reconnaît l'erreur de négligence.
Il en va de même si les parties à la fin du procès ne parviennent pas à un accord dans cette affaire, le créancier est libre de faire appel au juge pour faire valoir ses droits.
Cependant, si une transaction est atteinte, le contenu est inclus dans le rapport qui en vaudra la peine titre exécutif (un titre, qui est basé sur le créancier peut procéder à la saisie des biens du débiteur sans la nécessité d'une ordonnance du tribunal).
Avec D.L. N ° 132/2014, un nouvel outil a été défini pour encourager les parties à tenter de parvenir à un accord avant de juger le juge. C'est l'institution du etc. Négociation assistée qui s’applique à partir du 9 février 2015.
En particulier, il est nécessaire qu'une personne qui demande un crédit inférieur ou égal à 50 000 euros invite le débiteur par l'intermédiaire d'un avocat à une négociation qui sera menée par les avocats sur la base d'un accord que les parties s'engagent à juger de bonne foi délai) pour réconcilier le différend.
Si le débiteur ne répond pas à l'invitation dans un délai de 30 jours (ou s'il répond négativement), il est possible de faire appel au juge. La même chose se produit dans l'hypothèse où une négociation a commencé, mais cela ne se termine pas positivement pendant la période de validité de la loi, c'est-à-dire qu'un maximum de trois mois est prolongé (uniquement par accord des parties) pour 30 jours supplémentaires.
Il convient de noter que l’obligation d’offrir une négociation assistée n’existe pas dans les cas où une tentative de conciliation est nécessaire.

La plainte au juge

La phase de la sentence devient nécessaire si le créancier ne peut recevoir le paiement, ni à la suite de rappels de paiement, ni à la suite de négociations (même pendant le règlement obligatoire) établies entre-temps.
Dans cette situation, le créancier ne doit avoir accès au juge pour obtenir une clause qui détermine définitivement son droit de recevoir un paiement, puis procède à la saisie des biens du débiteur.
De toute évidence, l'action en justice devient appropriée dans la mesure où le créancier sait que le débiteur dispose d'actifs qui peuvent être exclus ultérieurement et qui continueront à être exécutés.
Par conséquent, en ce qui concerne le coût d'une action en justice, il est toujours conseillé de juger le juge afin d'évaluer la cohérence des actifs du débiteur afin d'éviter de trouver une disposition établissant un droit qui, dans la pratique, ne peut être satisfait.

Imaginons, par exemple, l’hypothèse où le créancier se voit imposer une peine et que le juge établit son droit de recevoir un montant en raison du travail de restructuration qu’il a effectué en faveur d’une personne qui, en réalité, n’est pas en possession (c’est-à-dire qu’il n’a rien). et en particulier qu’il n’a pas d’immobilier à lier ou à payer comme il peut en réclamer, ni même un compte d’excédent). Dans ce cas, en l’absence de biens pour exécuter la peine, il est nécessaire d’évaluer très bien la capacité de procéder avec jugement ou non.

Le recouvrement normal du crédit dans la phase juridique prend deux formes: appel d'injonctions et puissance droite selon les formulaires pour c.d. procédure commune.
Le rituel habituel est une véritable règle de droit civil où le créancier, assisté d’un avocat, a le devoir de prouver

  • La source de votre droit de crédit (par exemple, en déposant une copie du contrat sur lequel est basée la demande de paiement)
  • ayant terminé l'activité prévue pour lui dans le contrat.

La plainte pour injonction est au contraire possible si vous avez une preuve écrite de l’existence du crédit (par exemple: le contrat et la facture correspondante).
Dans ce cas, avec l'aide d'un avocat, le créancier déposera une plainte auprès du juge qui émettra un décret (le décret d'ordonnance) en tant que:

  • Ordonner au débiteur de payer la somme pour laquelle la preuve écrite existe
  • attribue au débiteur un délai de 40 jours pour s'opposer à la demande.

Si le débiteur ne propose pas l'opposition dans le délai imparti (également dans ce cas avec l'aide d'un avocat), le décret devient exécutoire, c'est-à-dire en vertu de laquelle il est possible de procéder à la saisie.
Par contre, si l’opposition est proposée, un jugement ordinaire réel sera ouvert dans lequel le créancier devra prouver la validité de sa créance et le résultat de ce qui permettra au juge de confirmer le contenu du décret ou de le révoquer (même partiellement dans l’hypothèse que le montant du crédit est inférieur à celui indiqué). dans le décret même).

La phase exécutive

La phase exécutive est la phase au cours de laquelle le créancier ayant un titre obligatoire (par exemple, une peine qui ne peut plus être contestée ou une injonction qui n’a pas fait l’objet d’une opposition) continue de s’associer aux biens du débiteur ou aux crédits réclamés par le débiteur contre un tiers.

Nous parlons d'exécution dans ce cas

  1. mobile: Être dérangé (puis vendu aux enchères) est un bien meuble appartenant au débiteur (comme une voiture, des meubles, des appareils électroménagers, etc.)
  2. biens immobiliers: Être dérangé (puis vendu aux enchères pour en déduire le produit) est un courtage immobilier (comme un logement, un pays, etc.)
  3. de crédits avec des tiers: lorsque le créancier demande au débiteur d’être crédité du débiteur contre un tiers (pensez à l’hypothèse où le débiteur réclame à son employeur, le créancier peut demander au juge que celui-ci lui verse directement les montants qu’il doit lui payer directement ou en totalité partie).

Pour les pages pratiques, voir le guide recouvrement de créances

Quelle assurance de prêt immobilier choisir ?



L’assurance de prêt immobilier pour le prêt à taux zéro ; Le PTZ est réservé aux acheteurs qui déterminent la possession de leur première résidence principale, à condition que leurs ressources ne dépassent pas un certain plafond. Il peut s’agir d’un logement neuf ou d’un logement ancien faisant l’objet de travaux. Le montant de ce prêt varie en fonction de l’endroit où se situe le bien concerné. de toute manière, le PTZ ne peut pas financer l’intégralité d’un achat immobilier. Il vient en effectivement compléter d’autres types de financement : prêt bancaire, prêt agréé, prêt d’accession sociale, etc. Toutefois, il est possible de choisir 2 banques différentes pour contracter d’un côté un PTZ, et de l’autre un prêt principal.

Un nantissement se résume à apporter en garantie un bien mobilier ou immobilier, des investissements financiers ou, dans la plupart des cas, un contrat d’assurance-vie : cette façon de faire permettra à la banque d’être remboursée en cas de défaillance de l’emprunteur, du prêt étant accomplie à partir de ce fonds. Deux cas de est sont possibles : Vous êtes déjà détenteur d’une assurance-vie qu’il suffira de nantir en faveur de la banque prêteuse – il faut au minimum 40% du crédit sollicité. Vous ouvrez un nouveau contrat lors du montage du crédit immobilier auprès de la banque qui vous le prêt. La valeur du contrat et les sommes qui seront versées chaque mois par l’emprunteur seront calculées par l’établissement bancaire en accord avec le client.
Quel est le montant et la durée d’un prêt hypothécaire ?
Le montant d’un prêt hypothécaire est déterminé par l’expertise de la valeur du patrimoine immobilier. Il est compris entre 50 et 70% de la valeur du bien, ce montant est donc restreint. Une durée maximum comprise selon les Banques entre 12 et 20 ans pour un crédit amortissable. Elle se trouve être ajustée aux revenus de celui qui prend le prêt.
Ainsi le taux d’endettement est approprié à sa capacité de remboursement mais la fin du crédit doit aboutir avant les 90 ans de de l’individu qui contracte le crédit.
Pourquoi privilégier ce type d’assurance par rapport à un autre type de garantie ( sûreté réelle, sûreté personnelle ) ? Les garanties du contrat d’assurance, en cas de défaillance de l’emprunteur, sont beaucoup plus simples et adaptés à mettre en œuvre que des sûretés personnelles ( exemple : cautionnement ) et ou réelles ( exemple : hypothèques ) promises par le tome IV du code civil. C’est pour cela que le contrat d’assurance emprunteur est ainsi privilégié depuis de multiples années par les établissements de crédit.

Le meilleur taux pour votre assurance de crédit aura un fort impact sur le coût global de votre achat immobilier.