WEAR: La commission de remboursement anticipé du prêt n’est pertinente que s’il est effectivement utilisé | Assurance Emprunteur

ISSN 2385-1376

Texte maximum

En termes d'usure, le CD. Les commissions de résiliation anticipée, conformément au principe d'efficacité des frais, ne peuvent être calculées pour vérifier le respect du seuil de taux que si, en plus d'être promis, il a également été utilisé de manière efficace dans le cas d'espèce, le cas échéant.

Tel est le principe exprimé par la Cour de Pordenone, le Dr Francesco Petrucco Toffolo, par ordonnance du 23.05.2016.

Au cours d'une procédure d'exécution des biens, le débiteur s'est opposé à l'exécution, a demandé la résiliation et a contesté l'inutilité du titre que la banque avait exploité sur la base des divers litiges concernant la pertinence de la CD. projet d'extermination.

Le juge exécutif a reconnu le manque de validité des motifs d'opposition, en particulier en ce qui concerne le grief selon lequel, en raison du principe de l'efficacité des coûts éventuels, lors de la vérification du respect du seuil, la commission d'éradication précoce est considérée uniquement et uniquement à la condition de l'application effective du droit. La Commission dans la question au cas d'espèce, puisqu'il n'y a qu'un accord sur une telle redevance, qui n'est possible que dans le contrat, n'est pas suffisante.

Et il a condamné le débiteur à supporter les frais de chaque affaire constituant la demande de suspension (condition pour la mise en place de la phase de qualification de l'opposition à l'exécution).

COMMENTAIRE

Le tribunal de Pordenone a examiné la question de la pertinence de la etc. Coûts possibles pour la vérification des intérêts.

Le contrat de prêt contenait la clause habituelle et fréquente qui donnait à l’emprunteur le droit d’éteindre à l’avance la relation en versant, outre le capital et les intérêts résiduels, une commission correspondant à un pourcentage calculé sur le montant initialement emprunté.

L’opposant s’intéressait à l’orientation récente de certains droits (en particulier Bari Court, 1.12.2014 et 19.10.15; idem Le tribunal Ascoli Piceno, 13.10.15) s'est très rapidement étendu dans les évaluations des contreparties, de sorte que, lors de la vérification du taux d'intérêt convenu dans l'accord de prêt, il fallait non seulement tenir compte du taux d'intérêt convenu, mais également de tous les autres coûts définis dans l'accord de prêt. le contrat et parmi ceux-ci, non seulement le particulier (frais d’enquête préalable, assurance de biens fournie à titre de garantie, etc.), mais aussi des éventuels, tels que les taux d’intérêt standard et, en fait, la commission de résiliation anticipée, que la clause soit valable ou non, après l’exercice de la faculté, et donc la commission a été effectivement utilisée.

La cour de Pordenone a ignoré cette orientation et a confirmé le principe d'efficacité du etc. Les coûts éventuels, c’est-à-dire qu’ils ne doivent être pris en compte que s’ils ont été facturés dans ce cas particulier.

Il convient de noter que, dans les décrets ministériels, aucune mention de commission d'extinction précoce n'a été mentionnée. En fait, il est lié à la faculté de l'emprunteur, alors que le taux d'intérêt effectif total moyen (TEGM) est formé par la reconnaissance du salaire unique et donc physiologiquement lié à la gestion du crédit, à l'exception de la partie pathologique et des éventualités qui s'appliquent au discrétionnaire le choix fait par l'emprunteur, et constitue donc des options supplémentaires au profit de cela.

Pour cette raison, la vérification des récompenses avec l'utilisation de formules différentes de celles d'un décret ministériel, et donc également des instructions de la Banque d'Italie, semble être fausse car le juge finira par souligner un TAUX CRÉATIF ou NON. taux, incompatible avec le système de la loi 108/96, si ratio Il est évident que la référence à des données homogènes est supposée.

Texte de la disposition


© Reproduction réservée
LIMITER NOTES pour citer ou reproduire des articles et des documents publiés dans Ex Parte Creditoris.
Seul le lien de votre site vers la page du magazine contenant l'article d'intérêt est autorisé.
Il est interdit de copier l'intégralité de l'article, sauf si une partie (pas plus d'un dixième) est copiée sur un autre site. Même lors de la publication d'un extrait partiel, il est toujours obligatoire de saisir le source et d'insérer un lien direct vers la page de la feuille contenant l'article.
Pour les citations dans des livres, revues, thèses et autres publications, en ligne ou sur papier, d'articles (ou d'extraits d'articles) publiés dans ce journal, il est obligatoire de fournir la source de la manière suivante:
Auteur, titre, part dans les créanciers précédents – www.expartecreditoris.it – ​​ISSN: 2385-1376, année

Collabore avec nous

Numéro de protocole interne: 295/2016

Tags: 23 mai 2016, attendu, appliqué, clause, commission, contrat, Dr. Francesco Petrucco Toffolo, efficace, efficacité, extinction, possible, seulement, non, honoraires, accord, pour, principe, pertinent, si seulement, suffisant, tribunal de Pordenone, Usury

Quelle assurance emprunteur choisir ?



Pour réaliser de réelles économies sur son prêt immobilier, il est capital de bien regarder le coût de son assurance de prêt immobilier. En moyenne, les clients divisent par deux leurs cotisations de mutuelle grâce au changement de l’assurance emprunteur. Que vous soyez sur le point de prendre une assurance ou que vous souhaitiez changer, il existe deux options : – soit négocier l’assurance-groupe (et/ou le crédit) souscrite avec la banque initiale – soit changer de banque et dans ce cas, installer une délégation de mutuelle prêt immobilier pour le nouveau prêt.

Le changement d’assurance prêt immobilier vous permettra non seulement de baisser vos cotisations et par-dessus le marché de prendre en compte une nouvelle situation si votre état de santé change ou si la pratique d’un métier à risque n’est plus d’actualité, de cette manière, vous pourrez ainsi économiser la surprime de mutuelle qui vous avait été applicable.

Un nantissement se résume à apporter en garantie un bien mobilier ou immobilier, des investissements financiers ou, fréquemment, un contrat d’assurance-vie : ce processus permettra à la banque d’être remboursée en cas de défaillance de celui qui prend le prêt, le remboursement du prêt étant accomplie à partir de ce fonds. Deux cas de est sont envisageables : Vous êtes déjà détenteur d’une assurance-vie qu’il suffira de nantir en faveur de la banque prêteuse – il faut au minimum 40% du crédit sollicité. Vous ouvrez un nouveau contrat lors du montage du crédit immobilier auprès de la banque qui vous le prêt. La valeur du contrat et les sommes qui seront virées tous les mois par celui qui emprunte seront calculées par l’établissement bancaire en accord avec le client.
Quel est le montant et la durée d’un prêt hypothécaire ?
Le montant d’un prêt hypothécaire est déterminé par l’expertise de la valeur du patrimoine immobilier. Il est compris entre 50 et 70% de la valeur du bien, ce montant est par conséquent restreint. Une durée maximum comprise selon les Banques entre 12 et 20 ans pour un crédit amortissable. Elle est adaptée aux revenus de celui qui prend le prêt.
Ainsi le taux d’endettement est approprié à sa capacité de remboursement mais la fin du crédit doit aboutir avant les 90 ans de l’emprunteur.
Pourquoi privilégier ce type d’assurance par rapport à un autre type de garantie ( sûreté réelle, sûreté personnelle ) ? Les garanties du contrat d’assurance, en cas de défaillance de celui qui prend le prêt, sont beaucoup plus simples et rapides à mettre en œuvre que des sûretés personnelles ( exemple : cautionnement ) et ou réelles ( exemple : hypothèques ) prévues par le tome IV du code civil. C’est pour cela que le contrat de mutuelle emprunteur est donc privilégié depuis de nombreuses années par les commerces de crédit.

Le taux le plus avantageux pour votre assurance prêt immo aura des conséquences très positives sur le coût global de votre projet immo.