pour revenir à l'ensemble de la nouvelle interprétation de la Cour de cassation | Assurance Solidité Ouvrage


Patrick Meneghetti, avocat à la Cour d'appel de Paris, conférencier à l'Université de Paris XII (UPEC) | le 12/06/2019

Depuis l'arrêt du 15 juin 2017, la Cour suprême a profondément modifié sa jurisprudence sur la responsabilité de dix ans pour quasi-travaux. Il considère maintenant que les équipements installés sur un objet existant sont soumis à la garantie de 10 ans dès lors que la structure existante est rendue inappropriée. Cette position, qui est régulièrement réaffirmée par la Cour suprême, et l’échec des efforts visant à régulariser la loi dans la loi Elan, suggèrent une controverse importante.

Les principes généraux dégagés par la jurisprudence de ces dernières années ont été profondément modifiés par une série de décisions de la Cour de cassation qui ont abouti non seulement au système de responsabilité du fabricant, mais également au régime d'assurance obligatoire. résultant. Il convient tout d’abord de rappeler que la notion d’existant n’est définie par aucun texte juridique ou […]

Cet article concerne uniquement les abonnés aux transactions immobilières, inscrivez-vous ou connectez-vous pour lire l'article en entier.

Vous n'êtes pas encore inscrit

En vous inscrivant à l'écran, vous pouvez profiter de:

  • Surveillance 24 heures sur 24 sur les marchés publics et privés
  • Informations nationales et régionales dans le secteur de la construction
  • La boîte à outils réglementaire: marchés, urbanisme, environnement
  • Index Directory Services

Quelle assurance rénovation choisir ?


Qui doit souscrire l’assurance dégâts ouvrage ? Le maître d’ouvrage, c’est-à-dire toute personne physique ou morale qui, agissant en qualité de propriétaire, de vendeur ou de mandataire du propriétaire de l’immeuble, fait procéder aux travaux. nnLe promoteur immobilier ou le vendeur. Il doit prendre cette assurance au bénéfice des propriétaires successifs. la loi concerne les promoteurs aussi bien professionnels qu’occasionnels.
Le maître d’ouvrage
Il est concerné s’il traite directement avec l’architecte et l’entrepreneur ou s’il élaboré son logement lui-même. Le constructeur de maisons individuellesnLa loi l’oblige à remarquer, dans le contrat de construction conclu avec le maître d’ouvrage, la référence de l’assurance dégâts ouvrage. À défaut d’obtention de cette assurance à la date prévue par le contrat de construction de , toutes les sommes versées doivent être remboursées au maître d’ouvrage. Le prêteur ne peut émettre une offre de prêt sans avoir vérifié que le contrat comporte les mentions obligatoires relatives à cette assurance.
La souscription de la garantie décennale et de l’assurance dommages-ouvragenSi vous devez réaliser une construction ou effectuer des réparations dans une maison, sachez que chaque expert en bâtiment est dans la contrainte de prendre une assurance garantie décennale pour intervenir sur un chantier. Sans ce contrat de mutuelle, le professionnel du bâtiment s’expose à des sanctions.
Pour trouver le bon contrat, vous pouvez utiliser un comparateur en ligne de garanties décennales. A savoir : que si aucun n’accepte de vous assurer, vous pourrez saisir le Bureau Central de Tarification. Ce dernier imposera à un service d’assurance de vous proposer un contrat, puisque cette assurance est obligatoire. nConcernant l’assurance dommages-ouvrage, c’est au maître d’ouvrage d’y souscrire. Même si elle ne prend effet qu’à partir de la deuxième année après livraison des travaux, elle doit faire l’objet d’une souscription avant le commencement de ces derniers. pour finir, notez que l’assurance dommages-ouvrage n’est pas une extension de garantie de l’assurance multirisque habitation, mais bien un article de mutuelle particulier à part complète.

Professionnel de l’ouvrage, votre responsabilité civile vous incombe : soyez sécurisésgrâce aux produits et aux simulations proposées par Expert Annonce !

Attestation de mutuelle obligatoire ?
Avant l’ouverture du chantier, le professionnel doit impérativement remettre à son client, le chef d’ouvrage, un document du contrat de mutuelle en responsabilité civile décennale (RCD) qu’il a souscrit pour couvrir la garantie décennale : soit le format de l’attestation d’assurance ( contrat individuel ) soit le modèle de l’attestation de mutuelle (contrat collectif). Ces attestations doivent être jointes aux devis et documents de facturation des professionnels assurés. En cas de vente d’un logement dans les 10 ans selon sa construction, la mention de la véracité ou non des assurances indispensables se doit d’être annexée à l’acte de vente, afin de permettre à l’acquéreur traiter en cas de sinistre.
Garantie décennale dommage-ouvragenL’assurance dommage-ouvrage doit obligatoirement être souscrite par le client de travaux de construction ou de gros place. la plupart des assureurs de particuliers, comme la Maaf, proposent ce type de contrat. Elle couvre les sinistres en relation à la garantie décennale et permet au client de ne pas attendre que le tribunal reconnaisse la responsabilité du maître d’oeuvre. nGarantie décennale du vice cachénTrois conditions sont requises pour qualifier un manque de vice dissimulé. Il ne doit pas être apparent, il doit être antérieur à la cession et doit rendre le bien impropre à sa destination. Pour un logement de moins de 10 ans, ces défauts sont couverts par la garantie décennale. nQue couvre la garantie décennale ? La garantie décennale couvre les dommages qui compromettent la stabilité de l’ouvrage ainsi que ceux qui le rendent impropre à sa destination. Et, en terme de logement, ceux qui le rendent inhabitable.
Garantie décennale et toiture.
Les avaries touchant à le toit seront couvertes dès lors qu’elles nuisent à l’étanchéité et entrainent des infiltrations d’eau.