LÉGISLATION – ASSURANCE OBLIGATOIRE DES ENTREPRENEURS | Police Unique de Chantier


Le 4 mars 2016, un communiqué de presse du ministre Kris Peeters annonçait qu'un projet de loi sur l'assurance responsabilité obligatoire de dix ans pour les architectes, entrepreneurs et autres prestataires de services du secteur de la construction serait prochainement soumis au Conseil des ministres.

Les avis sur l'utilisation de cette assurance sont (cette année) partagés.

La fin d'un lobby de presque 10 ans?

Une assurance responsabilité professionnelle légalement requise pour les architectes a été mise en place en 2007 (auparavant, il s’agissait "d’une" simple obligation déontologique pour les architectes).

Les ordres des architectes ont établi qu'il y avait discrimination parce que les entrepreneurs qui, en tant qu'architectes, avaient 10 ans de responsabilité, n'étaient pas soumis à la même obligation d'assurance et ont donc saisi la Cour constitutionnelle.

Dans son arrêt du 12 juillet 2007, la Cour constitutionnelle a rejeté la demande d'annulation de l'ordonnance des architectes, l'obligation de l'assurance étant liée au changement du régime de responsabilité des architectes ayant pu exercer leur personnalité juridique avec force depuis juillet 2007. La différence de traitement entre entrepreneur et architecte a également été jugée justifiée par le monopole légal de l'architecte.

Le verdict a explicitement mis la balle dans le camp de la législature. L'une des principales conséquences pour la Cour constitutionnelle a été:

Les architectes étant le seul groupe professionnel de l'industrie de la construction à être légalement tenu d'assumer leurs responsabilités professionnelles, leurs responsabilités en matière de solidarité risquent d'être davantage menacées que les autres professionnels, sans justification objective et raisonnable de cette différence de revenus. traitement. Toutefois, cette discrimination ne résulte pas de l'obligation de souscrire une assurance imposée par la loi contestée, mais de l'absence de la loi applicable aux autres "parties énumérées dans l'acte" d'une obligation similaire de souscrire une assurance. Cela ne peut être résolu que par l'action du législateur.

Les architectes et leurs compagnies d'assurance ont continué de travailler à la mise en place d'une assurance obligatoire pour les entrepreneurs. Après une longue période d'attente, elle semble être entendue (en partie dans la mise en œuvre de la déclaration de politique générale du ministre Peeters de 2014).

Les lignes (difficiles) du pouvoir du projet de loi

L’assurance responsabilité obligatoire de dix ans pour les entrepreneurs et les architectes, comme stipulé dans le projet de loi, concerne la robustesse, la stabilité et l’étanchéité des corps fermés. Elle est limitée à la construction de logements et aux travaux auxquels un architecte est tenu.

Une indemnisation pouvant aller jusqu'à 500 000 EUR est proposée par sinistre, en fonction de la valeur du bâtiment. L'assuré a le choix entre une police annuelle et une police par projet. Les contractants et autres prestataires de services peuvent souscrire conjointement une police pour l'ensemble du travail.

Réflexions sur l'addition

Le jour même de l'annonce du projet de loi, Bouwunie et la Confédération de la construction ont répondu par un communiqué de presse conjoint.

La Confédération Bouw et Bouwunie regrettent le choix de l'assurance obligatoire pour les entrepreneurs en tant que solution au problème de la protection des consommateurs. Ils croient qu'une assurance forcée fera augmenter le prix de la construction d'une maison, ce que ne souhaitent ni les entrepreneurs ni les consommateurs. Bouwunie et Confederatie Bouw estiment que des systèmes tels que la garantie ou le fonds de garantie peuvent offrir aux consommateurs des alternatives moins chères, ce qui découle également de la loi.

Il a déjà été souligné qu'un entrepreneur peut être moins enclin à intervenir en résolvant des problèmes et devra (doit) transmettre l'erreur à la compagnie d'assurance afin que le client ne soit probablement pas mieux et plus rapidement aidé.

A suivre …

Le projet de loi n'a pas encore été soumis au Conseil des ministres.

Quelle assurance rénovation choisir ?



Pour vos projets, vous devez vous adresser à un professionnel couvert par une assurance de responsabilité civile décennale pour pouvoir prendre une assurance dommage ouvrage. Vous devez selon cette liste l 242 1 code des assurances du code des assurances souscrire une assurance dommage ouvrage pour particulier. L’article 242-1 du code des assurances l’oblige à prendre une assurance dégâts ouvrage promoteur. Notre expertise dans l’assurance sinistres ouvrage est acceptée par les particuliers comme par les professionnels.
Comment réduire le tarif de mon assurance dommage ouvrage ? Beaucoup de personnes désireuses de contracter une assurance problématique ouvrage se requièrent de quelle manière les assureurs calculent le montant de leur assurance. En effet, nombreux sont ceux qui voudraient bien savoir les critères rentrant en compte dans le calcul des primes correspondant l’assurance de telle ou telle personne. Ci-après quelques éléments de réponses à ces questions que vous vous posez sans doute et qui, nous l’espérons, vous aideront à mieux comprendre le mécanisme qui gouverne le monde des assurances. Pour plus de conseils sur les coûts d’une assurance problématique ouvrage, vous pouvez trouver plus d'actualités sur notre page exclusive.

Professionnel du bâtiment, votre assurance civile vous incombe : soyez sécurisésgrâce aux produits et aux calculettes proposées par Expert Annonce !

Assurance décennale étanchéité
Vous êtes une société exerçant les travaux d’étanchéité, un auto-entrepreneur ou artisan, couvreurs, bardeurs, façadiers, revêtisseurs-étanchéistes, Plombier, carreleur, maçonnerie, charpentier, maitre d’œuvre profitez de toute l’expérience de notre expert professionnelle. L’Assurance décennale est un contrat de base qui répond à l’obligation légale de l’Assurance prévue par la loi n°78-12 du 4 janvier 1978 à la responsabilité civile décennale dans le domaine de la construction de bâtiment et travaux publics. Le contrat vous permet contre les conséquences pécuniaires des responsabilités que vous encourez dans l’exercice de vos ateliers professionnelles, c’est une garantie qui prend en compte les spécificités de votre profession en garantissant notamment les dégâts causés aux tiers et votre responsabilité civile exploitation.
Garantie décennale dommage-ouvragenL’assurance dommage-ouvrage doit nécessairement être souscrite par le client de travaux de construction ou de gros place. la plupart des compagnies d’assurances de particuliers, comme la Maaf, proposent ce type de contrat. Elle couvre les dégâts relatifs à la garantie décennale et permet au client de ne pas attendre que le tribunal reconnaisse la responsabilité du maître d’oeuvre. nGarantie décennale du vice cachénTrois conditions sont requises pour qualifier un manque de vice caché. Il ne doit pas être apparent, il se doit d'être antérieur à la vente et doit rendre le bien impropre à sa destination. Pour un logement de moins de dix ans, ces vices sont couverts par la garantie décennale. nQue couvre la garantie décennale ? La garantie décennale couvre les dommages qui compromettent la fixité de l’ouvrage ainsi que ceux qui le rendent impropre à sa destination. Et, en matière de logement, ceux qui le rendent inhabitable.
Garantie décennale et toiture.
Les avaries touchant à la toiture seront couvertes dès lors qu’elles nuisent à l’étanchéité et soient responsables des infiltrations d’eau.