La réception de projets avec des réserves empêche-t-elle l'application de la garantie de dix ans? De Patricia Cousin, une avocate | Assurance Solidité Ouvrage


Dans un marché de travaux, la réception du bâtiment sans réserve est le moment où elle permet au propriétaire des travaux d'appliquer la garantie de 10 ans à l'entrepreneur. En vertu de cette garantie de dix ans, l’entrepreneur est tenu de réparer les dommages causés par des défauts et des perturbations survenus après l’acceptation du projet.

Si des défauts se sont produits avant l'acceptation du projet et qu'aucune réserve n'a été faite, la garantie ne peut plus être utilisée pour tenir l'entrepreneur responsable de ces défauts.

Il arrive souvent que la réception fasse l'objet de réserves afin de permettre au pouvoir adjudicateur d'empêcher la fin du contrat et donc de recevoir réparation pour les défauts découverts avant la réception sur la base de la responsabilité contractuelle.

Il s'est demandé si un acompte avec réservation pourrait être le point de départ de la garantie de dix ans pour l'ensemble du livre.

Dans ce cas, les projets ont été accueillis avec deux réserves et, avant même leur suppression, d’autres perturbations majeures se sont produites dans une autre partie du projet, sans aucun lien avec les projets engagés.

Le tribunal administratif de Bordeaux avait estimé que ce vice apparent de la construction avait été révélé avant la réception sans réserve du projet et que la garantie de 10 ans était inapplicable pour de telles perturbations.

Toutefois, selon le Conseil d'État, pour évaluer l'impact de la réception avec des réserves, il est nécessaire de faire la distinction entre les œuvres protégées du projet et celles qui ne le sont pas. Ainsi, pour les projets qui n’ont pas fait l’objet de réserves, la réception doit être considérée comme pure et simple, de sorte que les troubles qui l’affectent se produisent après la réception et non avant, comme l’a confirmé le tribunal de Bordeaux, qui permet: application de la garantie de 10 ans.

sources:

CE, 16 janvier 2012, no. 352122, Commune de Château d'Oléron

Nous recommandons cet article?

Donnez une note de 1 à 5 pour cet article: Ça vous plaît?

Quelle assurance rénovation choisir ?


Qui doit prendre l’assurance dommages ouvrage ? Le maître d’ouvrage, c’est-à-dire toute personne physique ou morale qui, agissant en qualité de propriétaire, de vendeur ou de mandataire du propriétaire de l’immeuble, fait faire faire les travaux. nnLe promoteur immobilier ou le vendeur. Il doit prendre cette assurance au bénéfice des propriétaires successifs. le dispositif concerne les promoteurs aussi bien professionnels qu’occasionnels.
Le maître d’ouvrage
Il est concerné s’il parle directement avec l’architecte et l’entrepreneur ou s’il bâti son logement lui-même. Le constructeur de maisons individuellesnLa loi l’oblige à remarquer, dans le contrat de construction conclu avec le maître d’ouvrage, le modèle de l’assurance dommages ouvrage. À défaut d’obtention de cette assurance dans le délai mentionné dans le contrat de construction de maison , toutes les sommes versées doivent être remboursées au maître d’ouvrage. Le prêteur ne peut émettre une offre de prêt sans avoir vérifié que le contrat inclus les mentions indispensables relatives à cette assurance.
La souscription de la garantie décennale et de l’assurance dommages-ouvragenSi vous devez réaliser une construction ou faire des réparations dans une maison, sachez que chaque professionnel du bâtiment est dans l’obligation de souscrire une assurance garantie décennale pour intervenir sur un chantier. Sans ce contrat de mutuelle, le expert en bâtiment s’expose à des sanctions.
Pour trouver le bon contrat, vous pouvez utiliser un comparateur en ligne de garanties décennales. Notez que si aucun n’accepte de vous assurer, vous pourrez saisir le Bureau Central de Tarification. Ce dernier imposera à un service d’assurance de vous proposer un contrat, puisque cette assurance est obligatoire. nConcernant l’assurance dommages-ouvrage, c’est au maître d’ouvrage d’y prendre. Même si elle ne prend effet qu’à partir de la deuxième année après réception des travaux, elle doit faire l’objet d’une souscription avant le commencement de ces derniers. enfin, notez que l’assurance dommages-ouvrage n’est pas une extension de garantie de l’assurance multirisque habitation, mais bien un objet de mutuelle spécialisé à part entière.

Professionnel du bâtiment, votre garantie décennale vous incombe : soyez rassurésgrâce aux produits et aux calculteurs proposées par Expert Annonce !

Attestation d’assurance obligatoire ?
Avant l’ouverture du chantier, le professionnel doit nécessairement remettre à son client, le chef d’ouvrage, un justificatif du contrat d’assurance en responsabilité civile décennale (RCD) qu’il a souscrit pour couvrir la garantie décennale : soit le modèle de l’attestation de mutuelle ( contrat individuel ) soit le format de l’attestation de mutuelle (contrat collectif). Ces attestations doivent être jointes aux devis et factures des professionnels assurés. En cas de vente d’un logement dans les 10 ans suivant sa construction, la mention de l’existence ou non des assurances nécessaires se doit d’être annexée à l’acte de vente, afin de permettre à l’acheteur traiter en cas de sinistre.
Garantie décennale pour piscine extérieure : définition, les ouvrages couvertsnDédiée à tous les constructeurs d’ouvrages neufs ou existants y compris les piscinistes, la garantie décennale est une assurance de responsabilité civile rendue obligatoire par l’article L-241 du Code des assurances. Elle engage la responsabilité du constructeur qui est tenu d’entreprendre la rénovation de défauts cachés qui n’étaient pas visibles lors de la livraison de la piscine intérieure, et ce, sur une période de dix ans après la fin des travaux. nCette garantie est offerte autant aux clients qu’aux éventuels acheteurs successifs. Les artisans en mesure de fournir cette garantie décennale sont généralement considérés comme les plus sérieux et les plus fiables. L’assurance couvre un certain nombre de dommages comme ceux qui compromettent la résistance de la bassin aquatique et qui la rendent irréaliste à utiliser.